cavabienaller MANA

COVID-19 : Guide de survie pour parents – Garder le moral

Nous vivons une période d’incertitude. Nous ne savons pas ce qui nous attend. Nous ne savons pas quand ça va finir. La seule chose que nous savons, c’est que les choses seront différentes une fois la crise passée. 

Il faut donc avoir des attentes réalistes envers soi-même et les autres. Garder le moral en ces temps plus difficiles, c’est arriver à se tenir la tête en-dehors de l’eau, de tenir le fort, de faire face à chacune de ces journées sans sombrer. De trouver sa parcelle de soleil et de sentir qu’à travers tout ça, vous arrivez à garder un certain équilibre mental.

Mettre des mots sur ce que la crise du COVID-19 vous fait vivre

Quand est-ce la dernière fois que vous vous êtes réellement demandé comment vous vous sentiez? C’est probablement la première chose à faire. Vous arrêter quelques instants pour identifier les émotions qui vous habitent.

Facile, je suis stressé me direz-vous ?

Et bien ça va au-delà de ça. On se demande si on va encore avoir du travail la semaine prochaine (peur), on est déçu que nos activités soient annulées (tristesse), on se sent frustré contre des personnes de notre entourage qui ne partagent pas notre vision sur la situation actuelle (colère)… vous voyez! Et ça ne sert à rien de nier les émotions négatives, elles tenteront encore plus de se manifester!

Accueillez les émotions telles qu’elles sont et évitez de vous culpabiliser par rapport à ce que vous vivez. C’est déjà assez dur comme ça, pas besoin de vous mettre de la pression en plus!

Ne restez pas seul(e) avec vos inquiétudes

Sortir le trop-plein

Pour gérer ses émotions, chacun a ses méthodes privilégiées. Il reste que d’en parler, c’est une étape inévitable, surtout en cette période de bouleversements où les stresseurs s’accumulent!  

Quand vous arriviez au bureau tous les matins, vous piquiez une jasette avec votre voisine de bureau. Ce petit blabla pouvait sembler bien banal, mais il vous permettait parfois d’exprimer certaines choses de votre quotidien. En retour, vous receviez de l’écoute, du soutien et de l’encouragement.

En ces journées de télétravail…il faut innover dans nos moyens de sortir le trop-plein!

Prévoyez-vous des moments avec des amis, parents ou collègues avec qui vous pourrez partager votre vécu.  Prenez des pauses plus souvent pour échanger des textos avec votre entourage. Et que dire de l’utilisation des rencontres en appel vidéo? C’est un outil qui est devenu indispensable ces jours-ci!

 

Dois-je en parler à mes enfants ?

Il est certain que vos enfants ne sont pas insensibles aux émotions que vous dégagez. Ainsi, en leur nommant ce que vous ressentez, vous aiderez votre enfant à faire du sens avec ce qu’il avait capté chez vous. Avouez que c’est terriblement frustrant quand vous savez pertinemment que quelqu’un est en colère, mais qu’il vous répond : ben non, je n’ai rien!

Toutefois, ils n’ont pas nécessairement encore la maturité nécessaire afin de recevoir et comprendre vos sentiments. Il sera donc important d’ajuster votre langage en fonction de leur âge.

Il ne faut pas oublier qu’en exprimant ce que vous vivez, vous donnerez l’exemple à votre petit humain qui doit lui aussi apprendre à mettre des mots sur ses émotions.

Trouver votre parcelle de soleil tous les jours

À travers ces innombrables restrictions, ces incertitudes au quotidien et le sentiment de ne pas avoir de contrôle sur grand-chose, nous n’avons d’autres choix que de nous ramener à l’essentiel. Nous devons remettre les choses en perspective et nous demander quelles sont nos priorités maintenant ? Accepter de vivre au jour le jour et tout mettre en œuvre pour tirer bénéfice de ce qui nous arrive.

Pour vous aider à trouver ces petits bonheurs, voici quelques questions à vous poser :

  1. Qu’est-ce que j’ai fait aujourd’hui que je n’aurais pas fait en «temps normal » ?

Ex : j’ai fait un bricolage avec mon coco, j’ai joué à cache-cache avec toute la gang, j’ai piqué une jasette avec mon grand ado

  1. De quoi est-ce que je suis fier aujourd’hui ?

Ex : d’avoir aidé mon enfant à comprendre ses maths, que tout le monde ait participé aux tâches, de mon jogging matinal, etc.

  1. Quels sont les bons coups de mes enfants ?

Ex : les initiatives qu’ils ont prises (la grande a appelé sa grand-mère, le plus jeune a tout plié le linge), la patience qu’ils ont eue (m’ont laissé faire ma rencontre virtuelle sans me déranger!), ils ont réussi à s’entendre, etc.

  1. Qu’est-ce que j’ai amélioré depuis le début du confinement ?

Ex : je prévois mieux mes épiceries, je réussis à maintenir ma routine, j’ai développé ma patience envers mes enfants, je suis plus à l’écoute de mon partenaire de vie.

Faire au moins UNE chose qui vous fait du bien

On le répète souvent, mais c’est malheureusement quelque chose que plusieurs parents ont tendance à oublier… prendre soin de soi! C’est d’autant plus important en ce moment que vous êtes le pilier de la famille. Votre bien-être entraînera le bien-être des autres membres. 

Alors qu’est-ce qui vous fait particulièrement du bien ces temps-ci ?

Voici une petite liste d’idées si vous manquez d’inspiration!

  • Sortir pour une grande marche
  • Prendre un bain moussant
  • Danser 
  • Chanter à tue-tête sur nos chansons préférées
  • Lire un livre
  • Écouter un film ou une télé série
  • Boire quelque chose de réconfortant (un café, une tisane…ou une petite coupe de vin peut-être?)
  • Gâter ses papilles gustatives (un morceau de chocolat noir, son repas préféré…)
  • Se faire des soins de beauté (masque, manucure, pédicure, etc.)
  • Écrire sa Bucket list (les rêves que vous voulez réaliser un jour)
  • Se débrancher de vos appareils électroniques
  • Écrire 
  • Faire de l’exercice (courir, yoga, etc.)
  • Écrire des pensées positives et les afficher à la vue
  • Jardiner
  • Dessiner, peindre ou colorier (mandalas)
  • Appeler quelqu’un qui vous manque
emoticones moral COVID

Ce qu’il faut retenir 

Pour finir, rien ne peut vous garantir un moral de fer ces temps-ci. Par contre, si vous suivez ces étapes simples vous mettez toutes les chances de votre côté de préserver votre équilibre mental :

1) s’arrêter à tous les jours pour vous demander comment vous vous sentez ;

2) prendre le temps de ventiler à des personnes de confiance et ouvrir la discussion sur vos émotions avec les personnes qui partagent votre quotidien plus que jamais ;

3) choisir de remarquer les petits bonheurs de tous les jours ;

4) faire une chose qui vous fait du bien.

Et si vous sentez que ce n’est pas suffisant, que l’équilibre est fragile et que ça vous inquiète, rappelez-vous que de nous sommes là pour vous accompagner.

 

Maud Pellerin, psychoéducatrice

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Entrez vos coordonnées pour recevoir le document par courriel

*Champs obligatoires