skip to Main Content
Éducation à La Sexualité De Mon Ado = MALAISE!

Éducation à la sexualité de mon ado = MALAISE!

Malheureusement, encore trop de parents font du déni quant au besoin d’éducation à la sexualité de leur enfant. « Bof, il/elle n’est pas rendu là encore! » «S’il avait des questions, il me les poserait… » ou « Avec le retour de l’éducation à la sexualité dans les écoles, je n’ai pas besoin de me casser la tête avec ça! ».

Contrairement à ce que plusieurs peuvent penser, la sexualité ce n’est pas un concept qui apparaît en même temps ou après la puberté. C’est une dimension de l’humain qui est intégrée dès la naissance et qui se développe et évolue tout comme le reste. Si elle est présente dès son plus jeune âge, cela veut donc dire qu’il faut en tenir compte rapidement!

Plusieurs parents croient que si leur enfant ne pose pas de question, alors c’est qu’il n’est pas encore rendu là. Pourtant, l’éducation à la sexualité devrait commencer dès l’âge de 3 ans, en aidant l’enfant à nommer ses parties génitales, en l’aidant à comprendre le concept de l’intimité et des frontières interpersonnelles par exemple.

 

Quand est-ce que je sais que je dois en parler?

Sans vous en rendre compte, vous parlez sans doute de plusieurs sujets qui sont rattachés de près ou de loin à la sexualité. En effet, puisque c’est une dimension intégrante du développement humain, plusieurs sujets se recoupent.

Vous le faites déjà probablement avec d’autres sujets, comme la santé physique par exemple. Vous expliquez à votre jeune pourquoi il ne peut pas manger de la poutine tous les jours? Et bien vous êtes en train de l’éduquer sur son alimentation. Vous parlez de vos habitudes sédentaires et de votre souci de bouger plus? Vous l’informez qu’il est important d’intégrer le sport pour un équilibre de vie.

Alors, pourquoi attendre « le moment parfait » pour intégrer un discours concernant la santé sexuelle? Même si c’est quelque chose que vous partagez moins spontanément avec vos enfants, il existe un tas d’occasions autour de vous pour en parler : passage à la télévision, blague grivoise entendue à la radio, se faire prendre les culottes baissées par votre jeune!! Saisissez ces occasions plus informelles pour faire un petit bout de chemin sur le sujet.

Et si vous sentez qu’il est important d’aborder un sujet plus précis, faites-le quand vous êtes en action! Durant une balade en voiture ou lors d’une marche de santé. De cette façon, le contact est moins direct, faisant en sorte que vous et votre enfant vous sentirez probablement plus à l’aise!

 

Et si j’allais trop loin?

 « Ark maman! Tu mets ta langue dans la bouche à papa?! » Il faut vous attendre à certaines réactions de sa part. Bien sûr, vous êtes le modèle de couple ayant une vie sexuelle active le plus près de lui. Alors quand vous allez expliquer plus concrètement certains concepts, l’imagination de votre enfant va probablement s’activer. Il ne faut donc pas se formaliser de ce genre de commentaires. (Et si je vous rappelle que vos propres parents ont une vie sexuelle active, quelle est votre réaction? Bon…vous voyez!!!)

Normalisez le fait que la sexualité est vécue par tout le monde, mais à sa façon. Ne restreignez donc pas vos réponses à ce que vous connaissez ou ce qui se passe dans votre propre vie sexuelle. D’ailleurs, un bon moyen d’intégrer le concept d’intimité est de respecter la vôtre! Alors même si vous voulez être le meilleur prof, l’idéal est de garder votre jardin secret et de nommer les limites à votre enfant.

« Je ne te dirai pas si c’est quelque chose que moi je fais, car c’est personnel et intime à moi et mon partenaire, mais je peux te dire que c’est une pratique qui existe et que certaines personnes aiment ça. »

Ce qu’il est important de se rappeler, c’est qu’il faut suivre le rythme de votre enfant. Pour vous aider, posez-lui quelques questions avant de vous lancer dans un sujet. « Comment tu penses que ça se passe? Que sais-tu à propos de ça? » Ça vous permettra ainsi d’adapter votre réponse en fonction de ce qu’il comprend déjà.

Faites-vous confiance, vous le sentirez quand vous aurez atteint sa limite. S’il ne comprend plus, semble soudainement ne plus écouter ou change de sujet, vous saurez qu’il en a assez pour le moment.

 

Ça ne se fait pas en une fois, alors aussi bien vous habituer!

C’est comme du vélo, ça prend de la pratique! Plus vous en parlerez ouvertement, plus vous vous sentirez à l’aise d’aborder le sujet. Il est probable que les premières fois, ce soit vous qui initiez la conversation…c’est bien correct.

Quand il était petit, vous n’avez pas attendu qu’il dise son premier mot pour lui faire la conversation? Voilà! Alors, abordez le sujet ici et là, voyez sa réaction. Le fait que vous en parliez fera en sorte qu’il se donnera le « droit » de le faire lui aussi…et il commencera à venir vers vous pour poser des questions.

Évidemment qu’il aura d’autres plates-formes pour en parler, comme l’école par exemple. Mais ai-je besoin de vous rappeler le vidéo un peu traumatisant des années 80 que votre prof de bio trop mal à l’aise vous a fait regarder quand vous étiez ado? Est-ce c’était suffisant comme éducation sexuelle? Heureusement, les outils utilisés de nos jours sont beaucoup plus actuels, rassurez-vous!

Rappelons toutefois qu’aucun cours d’éducation à la sexualité n’était obligatoire dans les écoles depuis le début des années 2000. Bien qu’ils les aient réintégrés depuis septembre 2018, il est probable que votre enfant n’ait jamais rien reçu encore.

Ce qui aidera vraiment votre jeune sera l’amalgame entre le contenu présenté à l’école, les discussions drôles et maladroites que cela va susciter auprès de ses amis et les informations que vous allez lui donner.

 

Vous manquez d’inspiration?

De nos jours, la sexualité se retrouve partout autour de nous (films, téléséries, annonces, jeux vidéo, sans compter tous les de vidéos bizarres que vos enfants écoutent sur YouTube!) Vous pouvez donc saisir ces occasions pour en parler.

Si vous sentez que ce n’est pas suffisant, Télé-Québec a fait une télésérie qui s’écoute très bien avec votre jeune. En plus d’être divertissant, ça vous donne accès à plein de sujets!

Voici le lien: https://zonevideo.telequebec.tv/a-z/752/on-parle-de-sexe

Des étudiantes en sexologie ont également mis sur pied une chaîne YouTube remplie de vidéos vraiment bien faits (concis, drôles et accessibles!) que vous pouvez présenter à votre ado ou laisser traîner sur la tablette qu’il utilise… Oups! 😉

On SEXplique ça : https://www.youtube.com/channel/UC0kNSh-Qd7_Lr2GnImzu5CQ

Parfois, un livre, ça se laisse traîner plus facilement alors pourquoi ne pas vous procurer « Parlez-leur d’amour…et de sexualité » de Jocelyne Robert?

Pas le temps de passer à la librairie? Vous trouverez un guide dédié aux parents en ligne :

http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2014/14-307-01W.pdf

 

Si vous êtes vraiment trop mal à l’aise et que vous avez besoin de conseils plus personnalisés, notre sexologue MANA peut répondre à vos questions. Non seulement elle a développé une expertise en éducation à la sexualité, mais elle est également une excellente thérapeute auprès des jeunes.

Ne soyez pas timides!

 

Maud Pellerin, ps.éd.

Clinique MANA

Back To Top