skip to Main Content
L’isolement : Cet Ennemi Juré De La Santé Mentale

L’isolement : cet ennemi juré de la santé mentale

Grâce à différentes initiatives, telles « Bell cause pour la cause », on parle de plus en plus de la santé mentale au Québec. L’idée d’en parler plus, c’est de diminuer l’intolérance, l’incompréhension et l’ignorance entourant les troubles de santé mentale. Par le fait même, cette initiative permet de normaliser et de briser l’isolement des personnes qui vivent quotidiennement avec une telle problématique. Et ça, c’est vraiment important! Pourquoi? Car non seulement l’isolement contribue au développement des troubles de santé mentale, mais il est en grande partie responsable de la détresse vécue par les personnes en souffrant.

Alors que votre santé mentale soit bonne, fragile ou détériorée, voici ce qu’il faut savoir sur l’isolement et prévenir qu’elle s’insinue dans vos vies!

 

Acceptez l’inconfort des premières fois

Connaissez-vous quelqu’un qui « trip » sur les premières fois? Eh bien je n’en ai jamais rencontré! Les premières fois sont souvent synonymes d’inconnu. Et ce qui est inconnu peut s’avérer épeurant. Et souvent on veut éviter les choses qui nous font peur.

Mais que feriez-vous aujourd’hui si vous aviez évité tout ce qui vous rend mal à l’aise ou inconfortable? Il est probable que vous vous tiendriez encore loin des mascottes ou que vous contourneriez le stand du père Noël afin d’éviter à tout prix de voir le gros monsieur à la barbe blanche! Ce qui fait que vous avez maitrisé vos peurs au fil du temps, c’est que vous vous avez été confronté, année après année, à affronter ce fameux père Noël et qu’au bout d’un certain temps, ce qui vous semblait inconnu est devenu familier et que vous avez découvert tout le plaisir que vous aviez à recevoir des cadeaux de sa part!

C’est la même chose quand vient le temps d’entrer en relation avec quelqu’un de nouveau, de vous inscrire à un cours de yoga seul ou de rencontrer la nouvelle belle-famille. Toutes ces situations peuvent contenir un million de petits trucs déplaisants…au début! Avec le temps, les gens vous deviennent plus familiers, vous connaissez tous les recoins d’un endroit qui vous était inconnu et le plaisir est au rendez-vous!

Laissez donc vos peurs à la maison et affrontez ces choses inconnues! En le faisant, vous entrerez en contact avec de nouvelles personnes et la solitude n’aura d’autre choix que d’aller se cacher dans le garde-robe.

 

Prévenir l’isolement à l’adolescence

L’adolescence est une période de la vie particulièrement critique au niveau social. C’est durant cette période qu’ils peaufinent leur manière d’entrer en relation, qu’ils développent leur confiance en eux, qu’ils pratiquent leurs méthodes de résolution de conflits. Bien que l’on ait l’impression qu’ils sont rendus des petits adultes autonomes, nos jeunes ont besoin d’être soutenus à travers leurs expériences, car celles-ci auront une incidence sur eux.

Tel que vu précédemment, il est important d’emmener les jeunes à sortir de leur zone de confort. La nouveauté peut parfois leur faire peur et les rendre réticents face à l’inconnu. Ce sera votre rôle de les pousser, toujours dans le respect de leurs capacités, à passer par-dessus leur peur.

Ce sera également important que vous soyez attentifs aux tentatives de socialisation de votre jeune. La fête d’amis à laquelle il veut ABSOLUMENT aller aura lieu le soir où vous aviez la fête de grand-papa? Si les occasions de voir grand-papa sont fréquentes, est-ce vraiment nécessaire qu’il soit présent?

Il se peut que vous trouviez l’exercice parfois difficile, car emmener votre enfant à aller vers les autres veut également dire accepter qu’il s’éloigne de vous. Ça peut être confrontant de voir son enfant développer des liens avec d’autres jeunes que vous ne connaissez pas et de ne pas avoir tous les détails de ce qu’il fait avec eux. Cela est nécessaire si vous souhaitez qu’il développe sa confiance en lui et son autonomie. Soyez rassurés, avec le temps, vous vivrez mieux ce détachement, surtout si vous voyez que celui-ci permet à votre enfant de devenir un jeune épanoui.

 

Quels sont les signes que mon ado s’isole?

Il se peut que, malgré ses efforts, votre ado semble avoir de la difficulté à développer des liens significatifs avec les jeunes autour de lui. L’indice? Son humeur. Vous le sentez triste, inquiet, dans sa tête ou bougon? Il est probable que quelque chose ne tourne pas rond. Suscitez la conversation avec lui, démontrez-lui votre ouverture à l’écouter si quelque chose ne va pas et ne banalisez pas ce qu’il vit.

Il est probable que votre ado soit en train d’expérimenter la complexité des relations humaines. Si votre ado a vécu une chicane avec un de ses amis, soyez attentifs à la manière dont il vit tout cela. Comment se sent-il? Souhaite-t-il trouver des solutions? Aidez-le à prendre conscience de la part et la responsabilité de chacun dans tout cela. Rappelez-lui que l’erreur est humaine et qu’il est normal de vivre des accrochages avec les gens qu’on aime. Il est en train de développer son jugement critique et vous pouvez l’aider à nuancer les situations.

Si vous trouvez qu’il passe un peu trop de temps devant les écrans, essayez de favoriser les activités réelles plutôt que virtuelles. Il vous explique qu’il est connecté avec ses amis en ligne? Bien! Alors, pourquoi ne pas inviter ces amis afin qu’ils fassent une activité ensemble? S’il refuse constamment d’aller chez des amis ou de les inviter, tenter de comprendre ce qui le retient d’accepter les offres.

Vous constatez que votre ado s’isole de plus en plus et vous manquez d’inspiration pour l’aider? Ce serait peut-être bénéfique pour lui de rencontrer un professionnel afin d’en parler. Ne le laissez pas continuer dans cette voie, car même si la solitude peut être réconfortante, elle peut rapidement devenir envahissante.

 

Maud Pellerin, psychoéducatrice

Clinique MANA

Back To Top