parent MANA épuisé

Parent épuisé: soyez à l’affût des signaux!

Être parent, c’est aimer d’une façon inconditionnelle. C’est être prêt à tout pour son enfant et de le mettre au cœur de nos priorités. C’est faire passer ses besoins bien avant les nôtres. C’est le plus beau projet d’une vie et c’est notre plus grande fierté. Malgré tout, il arrive parfois qu’on soit épuisé. On a l’impression qu’on n’y arrive plus, qu’on est seul, qu’on en a trop sur les épaules. On est à bout. On voudrait juste une pause. Que ça soit plus facile juste pour quelque temps… Et savez-vous quoi? C’est correct. Et tout à fait normal…jusqu’à une certaine limite. Alors, comment reconnaître le moment où c’est trop? 

Parent épuisé : les signaux d’alarme

  • Vous avez l’impression d’être continuellement à bout de souffle
  • Quand vous vous réveillez le matin, vous voyez déjà la journée comme une montagne
  • Votre plus grand souhait serait de pouvoir dormir pendant 2 jours complets
  • Fonctionner dans les autres sphères de votre vie devient difficile (travail, vie amoureuse, occupations personnelles)
  • Vous avez l’impression que la vie de famille gruge toute votre énergie
  • Bien malgré vous, vous sentez une certaine distanciation avec vos enfants
  • Vous ne pensez qu’à vos prochaines vacances.

Quelques trucs pour ne pas se rendre jusque là

Comment faire quand il y a la routine du matin, le travail, la routine du soir, l’épicerie, les obligations personnelles, la préparation des repas, les animaux à s’occuper, la relation à entretenir, les imprévus à gérer? Voici quelques trucs qui, sans transformer votre quotidien en un long fleuve tranquille, pourront au moins vous aider à baisser un peu la pression du quotidien.

  1. Utiliser les forces de ses enfants

Plutôt que de voir les enfants comme une charge supplémentaire, pourquoi ne pas miser sur leurs capacités et leur autonomie pour nous aider? Tout dépendant de l’âge, on peut demander à nos enfants de défaire sa boîte à lunch le soir, de nous aider à mettre la table, de sortir le chien, de ranger ses jouets… Ce ne sera pas parfait, mais il apprend ainsi à participer aux tâches et à aider. Non maman, tu n’es pas une mauvaise mère si tu demandes à ton enfant de défaire le lave-vaisselle de temps en temps. ?

 

  1. Lâcher prise

Les enfants bougent, jouent, explorent… C’est normal que des choses traînent, ou que les vêtements ne soient pas toujours pliés parfaitement comme avant le temps des enfants. On pourrait passer toute notre vie à ramasser derrière nos enfants, alors pourquoi ne pas juste accepter que tout ne soit pas parfait tout le temps? Choisissez des moments dans la semaine pour le ménage, et le reste du temps, essayez de fermer les yeux. Adaptons nos exigences personnelles à notre réalité de parents.

 

  1. Faire une liste des priorités

Qu’est-ce qui est vraiment le plus important pour moi? Si je n’ai pas le temps de tout faire, qu’est-ce qui pourrait attendre à demain? Faire une liste des priorités aide à mettre ses idées en place et à diriger nos actions en fonction de ce qui est vraiment important pour nous. Parfois, se poser la question « quelle est la pire chose qui peut arriver si je ne fais pas ça maintenant? » peut nous aider à départager ce qui est réellement essentiel de ce qui l’est moins.

 

Quoi faire si je me rends compte que j’ai dépassé ma limite?

  • L’admettre sera sans aucun doute la première étape. Parlez-en à votre conjoint ou votre conjointe ainsi qu’à votre entourage immédiat. Ceux-ci tiennent à vous et seront sans doute réceptifs à votre demande d’aide.
  • Faites le tour de votre quotidien et identifiez les tâches ou choses à faire qui vous demandent beaucoup et qui pourraient être réfléchies autrement (déléguer la tâche, choisir de laisser tomber une activité, engager un traiteur, une femme de ménage ou une nounou).
  • Assurez-vous de formuler des demandes claires.

         Exemples : Je me sentirais moins surchargée si tu prenais en charge certaines tâches ménagères.

        Maman, pourrais-tu venir t’occuper des enfants le samedi matin pour que je puisse faire mes commissions?

  • Prévoyez une journée ou une fin de semaine de repos. Cette pause vous permettra de recharger vos batteries physiquement, mais aussi de prendre le temps de réfléchir aux points précédents. ?

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’être fatigué quand on est parent, c’est normal. Mais quand l’épuisement s’installe, ne laissez pas votre état se dégrader!

Vous pouvez aussi en parler avec des professionnels de la santé mentale qui peuvent vous aider à mettre les choses en perspective. Dans tous les cas, ne restez pas seuls, car en parler est la première étape pour changer les choses!

Stéphanie Gagnon, stagiaire en psychoéducation

Clinique MANA

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Entrez vos coordonnées pour recevoir le document par courriel

*Champs obligatoires