mana nutrition manger entrainement

Manger pour performer

La société dans laquelle nous vivons nous bombarde continuellement d’idéaux à atteindre. Par exemple, performer est vu comme un incontournable pour « réussir sa vie » et la minceur comme la porte d’entrée au bonheur.

Il m’arrive souvent, en tant qu’entraîneur et nutritionniste, de rencontrer des jeunes sportifs qui ne sont pas en santé malgré une apparence qui pourrait nous laisser croire l’inverse.

En effet, le fameux slogan « No pain no gain » transmis à nos jeunes et véhiculé par certains modèles sportifs les poussent à s’entraîner de façon exagérée. En même temps, les silhouettes de maigreur retrouvées dans les médias ainsi que les diètes amaigrissantes, retrouvées à profusion sur le marché, les poussent à entrer en guerre avec leur corps.

En gros ce que j’y comprends, c’est qu’on nous dit c’est : entraîne-toi toujours plus fort (dépense toujours plus d’énergie) et mange moins pour être mince (diminue l’énergie ingérée).

Vous ne trouvez pas ça contradictoire?

Si l’on veut être capable de s’entraîner et de performer, il nous faut de l’énergie pour le faire! La machine a besoin d’essence pour fonctionner!

Ne pas rencontrer ses besoins énergétiques quand on s’entraîne peut être plus néfaste qu’on peut le croire.

En effet, un article publié par le Comité International Olympique met en lumière l’éventail des problèmes de santé en lien avec une diminution de l’énergie nécessaire aux processus vitaux. Par exemple, une diminution des défenses du corps, une diminution de la minéralisation osseuse, un retard de croissance, des problèmes cardio-vasculaires et même psychologiques.

Également, cela affectera grandement les performances sportives en augmentant entre autres les risques de blessures et en diminuant l’endurance, la force et la coordination.

Est-ce que vous avez remarqué que votre enfant perd du poids ou maintient un poids stable malgré qu’il soit en pleine croissance? Se blesse-t-il fréquemment ou manifeste-t-il des comportements hors de l’ordinaire? Si c’est le cas, n’hésitez pas à communiquer avec un professionnel de la santé afin d’aider votre enfant.

 

Par Mélanie Blouin, Dt.P., nutritionniste

 

Références :

Mountjoy M, Sundgot-Borgen J, Burke L, et al, The IOC consensus statement: beyond the Female Athlete Triad—Relative Energy Deficiency in Sport (RED-S) Br J Sports Med 2014;48:491-497

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Entrez vos coordonnées pour recevoir le document par courriel

*Champs obligatoires