skip to Main Content
Pourquoi Mon Jeune Se Met-il Autant De Pression à Performer?

Pourquoi mon jeune se met-il autant de pression à performer?

Que ce soit à l’école ou dans leur activité parascolaire, plusieurs adolescents ressentent fortement le stress lié à la performance. C’est un phénomène qui, pour plusieurs parents, s’avère difficile à comprendre : « Je ne lui ai jamais demandé d’être parfait! Je ne comprends pas d’où ça vient… »   Qu’est-ce qui explique ce phénomène et comment peut-on l’aider à se mettre moins de pression sur les épaules?

Il est rare que l’on arrive à identifier l’origine exacte de cette problématique. Ce que l’on sait, c’est qu’en combinant plusieurs facteurs ensemble, les chances de développer ce type de trouble augmentent.

 

Comment développer de l’anxiété de performance en quelques étapes faciles!

Dans un premier temps, imprégnez-vous d’un environnement où la réussite est valorisée. Si l’effort fourni n’est pas souligné, c’est encore mieux! Puisque les jeunes passent une bonne partie de leur temps à l’école où il leur est demandé d’exceller, nous avons un bon point de départ. Si la famille ou les amis ont des exigences élevées, les chances augmentent. Combinez le tout à une société où l’image de la perfection se trouve à tous les coins de rue et vous aurez un terreau fertile.

Ensuite, ayez une personnalité qui recherche l’approbation des autres. Demeurez sensibles aux critiques, ayez peur de vous tromper et surtout soyez préoccupés par l’image que vous projetez. Si vous pouvez passer beaucoup de temps sur les médias sociaux à constater la réussite et le bonheur des autres, vous atteindrez votre but plus rapidement.

Non, mais attendez… n’est-ce pas la description exacte des adolescent.e.s?

 

Ça veut dire que mon jeune est à risque?

L’adolescence est une période importante de construction de soi. Il est donc normal que les jeunes se tournent vers les autres afin de chercher à se définir. On ne peut donc pas leur reprocher de se comparer constamment.

Plusieurs parents s’inquiètent de l’influence des amis, mais vous êtes-vous déjà arrêté à l’influence que vous avez sur votre enfant? Certains croient ne plus en avoir, mais détrompez-vous! Ils restent beaucoup plus attentifs que vous ne le croyez!

Tout d’abord, comment réagissez-vous lorsque vous faites une erreur? Oui oui! Lorsque VOUS faites une erreur. Est-ce que vous faites preuve d’humilité et admettez votre faute ou réagissez-vous avec orgueil? Plus vous accepterez et nommerez vos faux pas, plus votre montrerez à votre jeune comment se traiter avec bienveillance quand il se trompe.

Et si votre enfant arrive avec un résultat qui n’est pas à la hauteur de vos attentes? Vous attardez-vous à comprendre ce qui s’est passé (a-t-il compris la matière, quelle stratégie d’étude a-t-il utilisée, dans quel état était-il)? Est-ce que vous félicitez autant les efforts que le résultat? L’aidez-vous à persévérer même quand l’intérêt manque à l’appel?

Ce sont des bons réflexes à développer si vous souhaitez qu’il maintienne des exigences réalistes envers lui-même.

 

Je fais tout ça, mais il continu à être exigent envers lui-même

À ce moment, il faudrait explorer un peu afin de savoir quel genre de discours intérieur il entretient. Se dit-il qu’il doit absolument avoir telle note? Croit-il que s’il échoue un examen ce sera un signe qu’il n’est pas bon?

Accompagnez-le dans ses réflexions, aidez-le à comprendre que ce discours aura un effet direct sur la manière dont il se sent. S’il entretient des pensées où la confiance est présente (je sais que je suis capable, j’ai toujours bien réussi, je me suis bien préparé) il y verra les bénéfices.

Petit truc? Posez-lui cette question « C’est quoi le pire qu’il pourrait arriver? » Évidemment, il aura une réponse! « Je ne passerai pas mon cours, je n’aurai pas les notes pour être admis dans mon programme, ma vie va être foutue!! »

Ce sera donc le moment de voir avec lui quelles sont les solutions qui s’offrent à lui. S’il ne passe pas son cours, y a-t-il des cours d’été de disponibles? S’il n’est pas admis à son programme, quel est son plan B? Et pour ce qui est de sa vie, est-ce qu’elle ne repose que sur ses études? Cet exercice lui permettra de relativiser et lui donnera des outils pour dédramatiser lorsqu’il se retrouvera face à sa feuille d’examen.

Et si, malgré toutes vos tentatives, il demeure incommodé par l’anxiété de performance, vous pourriez lui offrir d’être accompagné par un professionnel (psychoéducateur, psychologue, conseiller d’orientation). Combiné à votre soutien quotidien, ce coup de main extérieur pourrait bien l’aider à retrouver l’équilibre.

Maud Pellerin, ps.éd.

 

Back To Top